Saint-Denis, Seine-Saint-Denis, 1946, Vivent les Rosières de Saint-Denis !

Qui ?
Cette courte bande d’actualités a été réalisée à l’initiative du Parti Communiste français. A l’occasion du mariage des « rosières » de Saint-Denis, le maire Auguste Gillot, représentant du PCF au Conseil National de la Résistance (CNR), évoque l’engagement des Dyonisiens dans la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.
Quoi ?
D’inspiration religieuse, la tradition française de la rosière remontait au Moyen-Âge. Elle visait à récompenser, lors d’une cérémonie annuelle, des jeunes filles ayant fait preuve de sagesse et de vertu. A Saint-Denis, naguère ville des Rois de France et désormais municipalité communiste, la coutume remontait à 1648. Le film rend compte de ce curieux mélange entre une longue tradition religieuse et son appropriation par les élus de la banlieue rouge – les valeurs mises en avant pour les rosières et leurs futurs époux étant non pas leur vertu religieuse mais leur valeur patriotique pendant la guerre.
 
Quand ?
Ces images ont été tournées en 1946. Comme le souligne Auguste Gillot, c’est la première cérémonie de mariage des rosières depuis la Libération. Les communistes, alors membres du gouvernement et à la tête de nombreuses municipalités, sont en 1946 dans une logique d’accès au pouvoir par les urnes, et donc d’effacement de leur discours revendicatif, auquel ils substituent une image plus consensuelle d’héritiers de la Nation française. Ce film témoigne bien de la capacité d’une municipalité communiste à assimiler une culture et des rites qui lui étaient au préalable étrangers.

Où ?
Saint-Denis est une commune située au nord de Paris, connue pour sa basilique dans laquelle se faisaient inhumer les rois de France. Comme beaucoup d’autres municipalités de la ceinture rouge parisienne, Saint-Denis est devenue communiste dès 1920 – et resta sous mandature communiste jusqu’en 2020.