Évenements historiques

La seconde guerre mondiale

Malgré l’interdiction de prise de vue prodiguée par les Allemands, quelques cinéastes amateurs se risquent à filmer la grande histoire. Étampes bombardée, fête au profit des prisonniers dans un petit village de la Beauce, soldats américains applaudis boulevard Saint-Germain, la seconde guerre mondiale a laissé sa trace sur la pellicule.

La libération de Paris

Photographe, installé rue Monge, Jean Dewolf filme avec sa caméra 9.5 mm l’arrivée des américains qui traversent le quartier latin, acclamés par la foule. Des images inédites de la Libération de Paris, d’une remarquable qualité. 

Etampes bombardée

En 1939, la famille Legendre habite Boulogne. Prenant part à l’exode massif de juin 1940, ils partent se réfugier auprès d’une sœur à Chailles dans le Loir-et-Cher puis viennent s’installer pendant la guerre à Étampes. Quelques jours après le violent bombardement de juin 1944, Constant Legendre filme la ville dévastée. L’année suivante on fête la libération place de l’hôtel de ville.

Ils arrivent

Habitant de Saint-Michel-sur-Orge, passionné de cinéma, André Bézard sort sa caméra à l’arrivée des premiers chars américains. Ils traversent le village à la joie des habitants et des habitantes…Un an plus tard, le 8 mai 1945, André monte à Paris avec sa fiancée pour fêter et filmer la victoire !

Après guerre

Manifestation au murs des fédérés

Ces rushes muets nous présentent Paris vue du ciel en mai 1946 lors d’une manifestation au murs des Fédérés partie de la place de la Nation jusqu’au cimetière du Père-Lachaise.

Vitry, cité laborieuse

Le documentaire « Vitry, cité laborieuse » présente la politique de la ville avant les élections municipales de l’automne 1947. Cet extrait évoque les sacrifices consentis par les Vitriotes et leurs élus durant la seconde guerre mondiale. 

Mai 1968

Mai 68 par les amis de la maison du peuple

Ce court-métrage, tourné pendant et après Mai 68 est un témoignage des grèves à Pierrefitte-sur-Seine, où les occupations d’usine ont été nombreuses.

Mai-Juin 1968, à la gare de l'est

Le cinéaste amateur Jacques Phélut, cheminot à la gare de l’Est, retrace une journée d’occupation durant les grèves de mai et juin 1968.